5371 radios référencées
Radio Bormes Aquarium - RBA (83)
| Fiche | Histoire | Sons | Logos | Publicités | Photos |

Ville : Bormes les Mimosas
Début : 1982
Fin : 1982


Radio créée à Bormes les Mimosas.

Son fondateur est Franck-Luc DANCELME, un ancien de RFM.
C'est le seul animateur de cette radio qui n'a émis que de mai à octobre 1982.

Son studio se trouve dans un bar "L'Aquarium" d'où le nom de la radio.

Cette radio, dont Franck-Luc DANCELME était le seul animateur 24/24, a fonctionné à l'aide de bandes qu'il avait enregistrées sur une période d'un mois et qui lui permettaient de synchroniser 2 Revox, en alternance avec ses émissions en direct.

Il avait créé 3 émissions phares récurrentes (en dehors des prises de micros au feeling) :

- "Service Compris" de 10h à 13h (qui fut animée à partir du mois d'août par Alain le propriétaire de l'Aquarium), qui fournissait des informations locales, la météo, etc.

 - "Cocktail après Soleil" de 18h à 20h, émission qui me permettait de recevoir des artistes de passage, des personnalités interrogées au fil de ses rencontres au Lavandou, à Bormes, à St Tropez, etc. et qui fut co-animée à partir de mi-juillet avec Serge Buvat qui était directeur du Comité des Fêtes de Bormes-les-Mimosas. Franck-Luc faisait aussi intervenir son fils Kévin qui avait 5 ans et qui avait micro ouvert pour intervenir quand il le voulait ce qui fit de lui le plus jeune animateur de radio de l'époque.

 - "Rock on the Rock's" de 22h à minuit, émission spécialisée sur des musiques que l'on entendait nulle part ailleurs et qui, à partir de fin juillet, fut animée en alternance avec un vacancier, Christophe Halebian, qui avait fait de la radio.


FRANCK-LUC DANCELME - RBA 1982 (04 mai au 16 septembre 1982)

En 1981, je travaillais avec Max et Catherine, créateurs de la société Hold-Up (4, rue de Braque Paris 3ème), la première société de grands spectacles événementiels et de projections d’images géantes.

Le soir, dans la semaine, j’étais DJ remplaçant, du lundi au vendredi, dans 4 clubs parisiens : Le Bus, Le Martine’s, Le Privé et au Régine’s (rue de Ponthieu).

Début juin 1981, par l’intermédiaire de deux amis, Jean-François Macaigne et Serge Tahar (dit Sergio Le Buffalo), je rencontrais Patrick MEYER, créateur et dirigeant de RFM qui avait installé ses studios dans le centre commercial de Vélizy2.
Et me voilà engagé à RFM, comme animateur de radio de la tranche des W.E. et par la suite en semaine, en remplacement des animateurs qui étaient en vacances.
Pendant près de neuf mois, j’explorais toutes les tranches horaires, par sessions de 4h : 18h-22h., 22h-02h., 02h-06h., 06h-10h., 10h.-14h., 14h.-18h. ; avec un penchant certain pour les 3 premières tranches, celles de fin de journée et de la nuit. J’avais une plus grande liberté éditoriale et je pouvais diffuser ce que je voulais, amenant avec moi pour ces sessions, mes propres disques qui n’étaient pas disponibles dans la discothèque de la station.

Et puis, nous avons commencé à être brouillés et si nous pouvions diffuser vers « la province », il devenait quasi impossible de capter RFM sur Paris.
Cependant la radio évoluait et, du fait du brouillage, avait une grande notoriété.
Quelques mois plus tard, Sam Bernett (que je retrouvais puisqu’il était directeur du Martine’s) co-créateur de la station, est arrivé comme directeur des programmes.
Début 1982, je me suis mis à ressentir une certaine lassitude et cherchais une occasion pour créer ma propre radio.
Je fis donc ma dernière émission sur les ondes de RFM le samedi 20 février 1982.
La semaine suivante, je suis allé à l’Alpe d’Huez (station dans laquelle j’avais sévi de 1973 à 1979 comme DJ) et j’y rencontrais le propriétaire d’un bar-glacier « L’Aquarium » qui se situait à la Favière (à côté du Lavandou et faisant partie de la commune de Bormes-les-Mimosas).
Il fut séduit par l’idée de monter une radio dans son bar.
Mon projet étant de faire une radio seul, 24h. sur 24.
Drôle de défi !
Nous nous sommes mis d’accord sur les conditions et les besoins, sachant que je l’avais prévenu que je devais partir début mars pour St.-Barth jusqu’au 15 du mois et ensuite pour un mois en Israël et que je ne serais pas disponible avant le 20 avril.

Ces séjours me permirent de réfléchir à ce que j’allais faire, sans avoir toutefois quelques appréhensions sur ce en quoi je m’étais engagé.
À mon retour, il me restait peu de temps pour sélectionner dans les milliers de disques que je possédais (car il était impossible que je puisse tout amener avec moi) ceux que j’allais prendre avec moi.
Pendant ce temps, une équipe d’Aix-en-Provence, spécialisée dans ce nouveau créneau que représentait les « radios libres », mettait en place le matériel nécessaire au bon fonctionnement de la radio : antenne, émetteur, amplification, matériels studio, etc.
Animer seul une station de radio, 24/24, était un pari un peu fou et nombre de personnes de mon entourage ont essayé de m’en décourager.
Mais plus ils essayaient et plus mon envie d’aller au bout et de réussir me taraudait.
Ma stratégie était d’enregistrer pendant quelques temps des bandes sur mes Revox : un A77 tournant à 9,5/19 et le second un B77 tournant à 4.75/9,5 ; le premier me donnant une autonomie de bandes de 3h15 et le second de 6h30.

Il fallait aussi trouver un nom et l’évidence fut là, ce serait Radio Bormes Aquarium et la fréquence qui nous fut allouée a été 101 Mhz : RBA 101 était née ou presque.
Il manquait une identité visuelle et sonore et un slogan.
Pour l’identité visuelle, je demandais à un de mes amis, Daniel You, peintre/illustrateur, de me créer une sorte de logo. Ce qu’il fit, comme d’habitude, avec talent. Un aquarium avec des antennes, une pieuvre souriante avec un casque et le nom de Radio Bormes Aquarium avec un jack.
Pour l’identité sonore, il me fallait quelque chose de percutant, d’original, d’inédit. Un « logo » sonore entendu sur nulle autre radio, qui puisse se retenir facilement et surtout que dès les premières notes, on puisse l’assimiler à la radio.
Pendant quelques années, j’avais été créateur sonore pour des spectacles, des défilés de mode (les nouveaux créateurs des halles par exemple) et j’avais donc l’habitude du montage et du mixage de sons.
N’ayant pas les moyens de me payer une musique originale, il fallait que je fasse cela, comme tout le reste d’ailleurs, avec les moyens du bord.

Je me suis donc mis à écouter, jour et nuit, des dizaines, voire des centaines de disques, jusqu’à ce que je tombe sur l’évidence, un disque de Human League, "Travelogue", de 1980, et d’un titre « Being Boiled ».
Je tenais mon jingle.
Je l’enregistrais et en fis plusieurs moutures plus ou moins longues.
J’enregistrais aussi une amie, Katell, qui me fit quelques « J’aime », « Le Rock c’est Bon » etc. avec sa voix suave, je trouvais quelques jingles américains que je retravaillais à ma sauce et je demandais si je pouvais remanier quelques jingles de RFM à mon usage.
Dernière phase, le slogan. Celui-ci me vint immédiatement : « Vous prenez un aquarium que vous remplissez de 101 Mhz, vous rajouter quelques glaçons et vous avez une radio On The Rock’s, fraîche et tonifiante. RBA 101 Mhz. La radio de vos vacances »

Fin avril, j’étais prêt, je pris la route pour La Favière avec tout mon barda.
J’y suis arrivé le 04 mai 1982 vers 22h.
Les techniciens finissaient tout juste les derniers réglages pour que la radio puisse être opérationnelle.
Ils devaient reprendre la route pour Aix en Provence et l’idée me vint de leur demander de se brancher sur la fréquence, parce que j’allais diffuser immédiatement pour voir jusqu’où ils pourraient me capter.
Il y avait une ligne téléphonique dédiée pour la radio et, à cette époque les portables n’existant pas, je leur demandais de trouver une cabine dès qu’ils ne pourraient plus m’entendre pour me dire à combien de kilomètres ils étaient.
Je déchargeais la voiture, montais mes cartons de disques, bandes et Revox dans le studio et me mis à la console.
J’ai commencé à diffuser avec cette étrange sensation que j’étais sur une fréquence de radio qui pouvait être entendue sur un rayon de 30 à 40 kilomètres et que pour l’instant je parlais au vide, n’étant pas sûr que les techniciens m’entendent.

D’ailleurs, j’ai attendu en vain qu’ils me rappellent et je n’ai jamais eu de leurs nouvelles.
Dans cette interrogation de savoir si quelqu’un m’entendait, j’ai lancé un appel au micro :« Voilà ! Je suis à l’Aquarium à La Favière. Aujourd’hui, une nouvelle radio est née. C’est Radio Bormes Aquarium, RBA 101 Mhz. Je suis derrière ma console à diffuser la musique que j’aime, et c’est vraiment très étrange ce qu’il se passe, car je sais que n’importe qui peut m’entendre mais, comme personne ne sait que cette station existe, il est vraisemblable que je me parle à moi-même. C’est assez schizophrénique comme sensation. Alors, il est un peu plus de 1h. du matin et je vais rester jusqu’à ce que la fatigue l’emporte à passer des disques et si jamais quelqu’un m’entends, appelez-moi au (94) 71 07 48 ».

Les heures se sont écoulées. J’ouvrais mes cartons de disques au fur et à mesure et je continuais, sans relâche, à parler dans la nuit, dans le vide des ondes, sans savoir si j’arrivais à toucher ne serait-ce qu’une personne pour partager avec moi cette musique que j’aime tant.
Quand vers 3h. du matin, le téléphone se mit à sonner. J’ai hésité quelques secondes me demandant si c’était les techniciens ou un auditeur « miracle ».
Je décrochais et une voix me dit : « Franck ?.... Franck ? C’est toi ?... »
Je n’en revenais pas car je n’étais pas sûr d’avoir dit mon prénom.
J’étais hésitant et répondis : « Oui ! C’est moi. Qui est-ce ? »
« C’est Bernard… de l’Alpe d’Huez, l’ami de Maurice et Corinne. Je travaille dans un bar au Lavandou et je viens de rentrer. Je me suis fait un pétard et je cherchais une station avec de la bonne musique. J’écoutais RMC Rock, mais ça m’a pris la tête. En sillonnant la bande FM, je suis tombé sur cette fréquence qui n’existe pas. Et c’était trop bien. D’un coup, j’ai reconnu ta voix et ton style, alors comme tu as donné le téléphone, j’appelle. »

Pour moi, RBA venait de naître et après encore une heure de programme, je suis allé me coucher.
Le lendemain, j’ai commencé à enregistrer des bandes sur les Revox.
Le but était d’en faire assez afin que je puisse les synchroniser entre mes émissions en direct et avoir assez de diversité pour que les programmes ne deviennent pas redondants et donne l’impression que j’étais sur l’antenne 24/24h.
Pendant près de deux semaines, je n’ai pas quitté le studio, dormant sur un lit de camp. Je continuais à enregistrer en alternance avec une bande de 3h15 ou 6h30, ce qui me permettait de me reposer, d’aller prendre une douche ou encore de préparer de nouvelles bandes en notant ce que j’avais sur celles déjà enregistrées pour faire de nouveaux programmes.

J’en profitais pour mettre en place et annoncer les émissions qui auraient lieu en direct, telles que « Service Compris » de 11h. à 13h. avec des informations locales, culturelles, touristiques, festives, « Cocktail après Soleil » de 18h. à 20h. avec des invités connus, des artistes, etc. et « Rock on The Rock’s » de 22h. à Minuit avec une programmation de groupes peu connus.
Je pris aussi rendez-vous avec la Mairie de Bormes-les-Mimosas qui devint partenaire de la radio avec la participation du directeur du Comité des Fêtes, Serge Buvat dit « Bubu », avec qui on organisa des soirées discothèques et des animations en direct.
En quelques semaines, RBA devint la radio N°1 sur la région dans un rayon de plus de 30 km, de la presqu’île de St Tropez à la presqu’île d’Hyères/Toulon, avec une lacune vers l’intérieur des terres car le Massif des Maures faisait barrages aux ondes.
Mais avec le temps, magasins, salons de coiffure, bars, plages étaient branchés sur RBA 101.
Les journaux locaux tels Var Matin ou Nice Matin ayant eu pour consignes d’éviter de faire de la pub pour les radios dites locales, je me suis mis à organiser des événements afin qu’ils ne puissent faire l’impasse.

Pour cela, je fis appel à quelques amis de maisons de disques comme Hughes de Salvador chez CBS ou Antoine Yvernault chez Polydor.
Avec ce dernier, nous avons organisé une soirée spéciale avec des films musicaux 16mm, soit près de deux heures de clips projetés sur place sur un écran géant disposé face au bar de l’Aquarium et diffusés en direct sur les ondes : Barclay James Harvest, Jon Anderson, Vangelis, Visage, The Cure, Siouxsee and the Banshee, Charlie, Rainbow, Matchbox, Bad Manners, Roger Daltrey, The Who, Godley Creme, Roxy Music, Chris Rea, The Bee Gees, etc. En prime, nous allions offrir 40 places pour le concert de King Crimson et Roxy Music aux arènes de Fréjus, soit 20 sur place aux spectateurs et 20 aux auditeurs.

Autre moyen pour avoir de la presse, réunir une 50aine de vacanciers de 13 à 20 ans et faire un deal avec un coiffeur local pour leur colorer les cheveux et faire une animation collective ou encore faire venir un ami chanteur/musicien, Rodolphe Yatrides, et faire un spectacle en conviant les personnalités locales.
Finalement, ce sont des quarts et demies-pages que nous avions suite à ces événements ce qui ne fit qu’augmenter la popularité de la radio.
Je pourrais en raconter bien d’autre sur cette incroyable aventure mais globalement l’histoire de RBA est là et celle-ci prit fin, pour moi, le 16 septembre 1982 où je remontais sur Paris avec mes disques et mes bandes pour de nouvelles aventures comme la production de disques avec ma société « Stand By », la création d’une société mettant en œuvre les techniques du laser pour le spectacle « Isotope » avec un musicien/ingénieur du nom de Philippe Guerre et un peu plus tard la création de « Ere Force » une référence dans le domaine de l’événementiel.

C’était l’époque des radios vraiment « Libres » et qui ne le furent pas longtemps vite rattrapées par les grands groupes.
Après plusieurs déménagements, je viens de retrouver six de ces bandes que j’avais enregistrées en mai et juin 1982. Il était temps que je numérise les rescapées de cette époque et les partager.

À suivre…

Franck

Retrouvez ici quelques extraits des émissions de RBA:

Emission “Happy Feeling” : https://youtu.be/ldq0f_kT-bQ

Emission “Escape – Sunny Cocktail” : https://youtu.be/gRNloFn2YSQ

Emission “Rock on the Rock’s – Night Mood” : https://youtu.be/95VJd9pv4l0

Emission “Morning Feeling” : https://youtu.be/QHiPtFv2tHc

Emission “Escape” : https://youtu.be/rNJHjvHdNss

Emission “Rock on the Rock’s – Night Cocktail” : https://youtu.be/3VhAUAr-rGU




 


 


 



 


 

 





Jingle Franck RBA 24h/24
(Jingle - 1982)

Jingle Franck RBA La Radio On The Rock s 2
(Jingle - 1982)

Jingle RBA Human League + RBA La Radio On The Rocks + Jingle RBA
(Jingle - 1982)


Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir



- Ses publicités
- Ses photos




> Vous avez d'autres informations ou documents sur cette radio ? Contactez-nous !


© SchooP - 2000-2021 - Reproduction interdite sans autorisation