4856 radios référencées
Radio Clémentine - Nostalgie Paris (78)
| Fiche | Histoire | Logos | Publicités | Photos |


Radio de Sartrouville créée le 19 février 1979 par Jean-Marc LAURET (membre du PSU et premier adjoint au maire de Sartrouville) en pirate, vraisemblablement sur les 95 et 100 MHz.
Elle est installée dans l'ancienne ferme de Sartrouville, à proximité de la cité des Indes, la station fait la part belle aux jeunes. Elle émet le soir à partir de 20h.

Le 7 mai 1979, elle reçois la visite du CRPJ de Versailles accompagné de plusieurs dizaines de CRS, mais le matériel n'a pas été saisi.

En 1981,
elle émet les jeudis, vendredis et samedis depuis la mairie de Carrières sur Seine. Les programmes sont animés par une équipe de 45 personnes, la station est soutenue par une équipe de 300 personnes.

Elle est autorisée en 1983 par la Haute Autorité sur le 94,1 MHz et est localisée au 35 rue de Thann à Sartrouville (100 W, décision n° 78-02). 

De 1986 à 1987, Radio Clémentine devient un relais de Radio Nostalgie pour Paris sur 94,2 MHz. La station disparaît en 1987.

Aux environs de 1997, la municipalité sartrouvilloise songe à ressusciter la défunte station, vœux non réalisé à l'heure actuelle. 


Michel ROCARD, membre du bureau exécutif du P.S., député des Yvelines, est venu apporter son soutien, lundi 3 novembre 1980, à Radio-Clémentine, qui a émis à partir de 20 heures, en direct de la salle des fêtes de Carrières-sur-Seine (Yvelines), après avoir été l'objet d'une intervention de la police le 27 octobre (nos dernières éditions du 29 octobre).
" En tant que seul député de gauche des Yvelines, il est normal que je sois présent aux côtés du comité de soutien de Radio-Clémentine ", a déclaré M. Rocard, qui a rappelé la position du parti socialiste en faveur d'un aménagement du monopole. " Loin de nous l'idée de suivre l'exemple italien, a encore indiqué le député des Yvelines, nous sommes trop respectueux des règlements, mais nous sommes persuadés que beaucoup de gens pourraient se servir des radios libres. (...) Nous ne voulons pas l'anarchie mais la reconnaissance d'une fonction nouvelle…"


Témoignage de Sidney SIMONNEAU:
 

«Au départ, c’était une radio pirate. L’émetteur était caché, régulièrement déplacé. C’était le jeu du chat et de la souris avec les autorités. Puis, elle a été autorisée, après la libéralisation des ondes en 1981, explique l’instituteur. J’ai effectué mon service national au Brésil. À mon retour, j’avais plein de disques de là-bas. Pendant deux ou trois ans, j’animais mon émission musicale brésilienne.»

 






> Vos informations sur cette radio ? Contactez-nous !


© SchooP - 2000-2018 - Reproduction interdite sans autorisation