4255 radios référencées
Europe 1 (75)
| Fiche | Histoire | Sons | Logos | Publicités | Photos |

Ville : Paris
Début : 1955


Radio privée créée en 1955 à Paris.

Charles Michelson donne naissance à Europe n°1 en 1955. C'est le résultat de nombreuses années de lobbying à tenter de faire accepter ce projet fou. Il est cependant rapidement contraint par le gouvernement de quitter la station.

Louis Merlin et Maurice Siegel prennent alors la direction de la station
, qui vit grâce au financement de Sylvain Floirat, grand homme d'affaire et industriel français. Sylvain Floirat rachète les parts de Michelson dans Europe 1 en 1956.

Celle qu'on appelle encore Europe n°1 est alors une radio totalement révolutionnaire. Elle revoit entièrement le principe du journal radiophonique et instaure le fameux "journal parlé", innovation à attribuer à Claude Terrien, Jean Gorini et Pierre Sabbagh. L'émetteur de la station est situé en Sarre (territoire allemand), ce qui en fait une radio périphérique, tolérée malgré le monopole d'Etat qui n'autorise en théorie sur le territoire français que les radios d'Etat.

Très vite, Europe 1 connaît un grand succès et remet gravement en cause l'ancien monopole publicitaire de Radio Luxembourg, autre radio périphérique qui vieillissait sans souci jusque là. Europe 1 bénéficie d'une image moins ringarde et est plébiscitée par les jeunes, qui se reconnaissent dans les émissions de la station, notamment dans l'émission "Salut les copains" en pleine période rock et yé-yés. En 1966, Radio Luxembourg effectue sa mutation en RTL pour mieux contrer ce concurrent gênant.

En mai 68, tout comme RTL, Europe 1 est présente à Nanterre et à Paris au sein des manifestations étudiantes. Les deux radios sont alors accusées par le ministère de l'Intérieur de guider les manifestants dans Paris, on les surnomme les "Radios barricades", tout en défendant leur droit à l'information. L'image d'Europe 1 en est cependant un peu ternie, et Europe 1 voit son audience et ses comptes se dégrader. Les propriétaires font alors pression sur la rédaction pour qu'elle s'assagisse. Le directeur Maurice Siégel conserve son poste, mais de nombreux journalistes sont finalement remerciés.

Dans les années 70, nouveau bouleversement : Valéry Giscard d'Estaing, élu Président de la République, ne supporte plus l'insolence du ton d'Europe 1. Si la radio est de capitaux privés elle reste conditionnée par une dérogation tolérée par le gouvernement du monopole d'Etat. Maurice Siégel est finalement renvoyé, suite à des pressions de l'Élysée qui reproche à Europe 1 de "persifler". L'affaire fait grand bruit dans les journaux, et Maurice Siégel, présent dans l'aventure Euorpe 1 depuis les débuts, publie "Vingt ans, ça suffit !" pour parler de ses souvenirs, de son attachement à la station, et régler ses comptes. Certains journalistes partent de la station, les autres reprennent le travail après avoir demandé à Jean-Luc Lagardère, nouveau directeur, des garanties concernant l'indépendance de la rédaction vis-à-vis du pouvoir. Au même moment, Europe 1 souffre également d'une concurrence accrue de RTL mais aussi de RMC dans le sud, troisième radio périphérique en France.

Dans les années 80, Europe 1, autrefois star des jeunes avec Salut les Copains, accueille avec difficulté l'éclosion des radios FM qui lui ravissent cette cible tout en ayant des coûts de fonctionnement moindres grâce à des programmes essentiellement musicaux... et en stéréo. De plus, RTL continue à la distancer, de plus en plus fortement. En 1986, Europe 1, ainsi que les autres radios périphériques, obtiennent des fréquences en FM afin de travailler sur le même pied d'égalité que les jeunes radios libres. Europe 1 obtient sa fréquence mythique 104.7 à Paris qui fût également un temps sa fréquence dans de nombreuses villes de province, avant de nouveaux plans de fréquence remettant à plat le principe de fréquence unique.

A la fin des années 80, adopte le célèbre slogan "Europe 1, c'est la pêche". Son logo lui même, fait apparaître une pêche au coeur de la lettre "o". Europe 1 vise alors un public adulte, actif et les catégories sociaux professionnelles supérieures, prisées par les annonceurs. Elle se sert de cet argument dans de nombreuses publicités à cette époque, se vantant d'être numéro 1 sur cette cible. Elle se differencie alors de RTL au public plus populaire et légèrement plus âgé. A cette époque, RTL est largement en tête du podium des audience tandis que Europe 1 et France Inter sont constamment au coude à coude pour la seconde marche, l'une passant devant l'autre au gré des sondages.

C'est au milieu des années 90 que la sonnette d'alarme est sonnée : Europe 1 passe en dessous des 10% d'audience cumulée. De plus, chose inimaginable jusque là, elle se fait doubler par NRJ, une radio musicale ! Jérôme Bellay, le créateur de France Info, est nommé directeur d'antenne pour redresser la barre. Il choisit un format News & Talk qui a, au début, un peu de mal à s'imposer. Europe 1, qui est également repassée en diffusion mono pour étendre sa couverture FM, finit par franchir de nouveau les 10% d'audience cumulée, grâce à une grille bien organisée, ne comportant quasiment plus aucune tranche musicale. Elle débauche Laurent Ruquier de France Inter pour animer ses fins d'après-midi face aux puissantes Grosses Têtes de RTL, leader incontesté sur cette tranche. Europe 1 reste la championne incontestée de l'audience sur la cible des cadres.

En juillet 2001, Europe 1 supprime ses décrochages locaux quotidiens d'information à Lille, Nantes et Bordeaux.
En septembre 2002, elle cesse ses décrochages locaux de 6 mn à 9h à Marseille, Lyon et Toulouse. Un coût financier élevé et un impact difficile à mesurer sur l'audience seraient à l'origine de cette décision.

En 2005, c'est Jean-Pierre Elkabbach qui prend la direction de Europe 1 et souhaite réaliser «une radio généraliste centrée sur l'information» tout en redonnant «vie à la légende Europe 1».

En 2008, Jean-Pierre Elkabbach est remplacé par le directeur des sports de Canal +, le jeune Alexandre Bompard, qui lance une grille ambitieuse pleine de modernisme.
Il embauche, non sans polémique, Marc-Olivier FOGIEL pour animer la matinale, ainsi que Michel DRUCKER.
Jean-Pierre ELKABACH conserve son interview politique au coeur de la matinale ainsi que l'émission politique dominicale.
Trois ans plus tard Alexandre Bompard et Marc-Olivier Fogiel quittent successivement Europe 1 sur un bilan mitigé : Alexandre Bompard a réussi à redonner de la cohérence à la station en lui impulsant une vraie stratégie de développement et en refaisant parler d'elle dans les médias. Au niveau des audiences celles-ci se sont stabilisées sans pour autant montrer de signes forts à la hausse.

Début 2011 c'est Denis OLIVENNES, ancien directeur de la Fnac, qui prend la direction de la station. Il souhaite continuer le travail de développement de son prédécesseur tout en lui donnant plus de crédibilité. Si Marc-Olivier Fogiel ou encore Jean-Marc Morandini, tous deux placés à des carrefours d'information stratégiques (le matin et le midi) sous l'ère Bompard, ont réussi à faire parler d'Europe 1, on leur reproche parfois le côté "saltimbanque" d'animateurs de show télé. Denis Olivennes embauche Bruce TOUSSAINT, journaliste d'investigation de Canal Plus, pour sa matinale, tout en prenant soin de conserver les éléments forts du "prime" radiophonique : l'interview de Jean Pierre Elkabbach à 8h20, la chronique de Nicolas Canteloup à 8h50, et l'indéboulonable Julie LECLERC toute la matinée pour assurer les transitions d'antenne. Autre signe fort, Denis Olivennes nomme Arlette Chabot, ancienne directrice de l'information de France 2 fraichement remerciée, à la tête de la rédaction d'Europe 1. Celle-ci anime également une émission hebdomadaire à l'antenne.

2012: Fabien NAMIAS (ex France 2) retourne à Europe 1 et prend la direction de la rédaction.

2013: En mars, Fabien NAMIAS est nommé directeur général de la station.
En septembre 2013, Thomas SOTTO anime la matinale de 06h00 à 09h00, Cyril HANOUNA présente "Les pieds dans le plat" de 10h30 à 12h30, Wendy BOUCHARD présente "Europe 1 Midi", Hélèna MORNA "Les experts d'Europe 1 de 15h00 à 16h00, Frédéric TADDEI revient à lantenne du lundi au jeudi avec " Europe 1 social club", le vendredi Sophie PETRES ouvre "Libre antenne de 23h00 à 01h00, Sophie LARMOYER ouvre "Les carnets du monde" le samedi de 14h00 à 16h00.

Le 30 juin 2016, Jacky GALLOIS quitte Europe 1 après 33 ans à l'antenne.
A la fin de la saison 2015 - 2016, Europe 1 voit partir un nombre important d'animateurs, meneuses de jeux ou journalistes.
Cyril HANOUNA, Jean-Michel APHATIE, Michel GROSSIORD, Patrick ROGER, Sophie GAILLARD, Bénédicte FISCHER, Anne-Sophie CASPER,  quittent la rue François 1er en fin de saison 2016.

En décembre 2015, Denis Olivennes annonce aux salariés d'Europe 1, le regroupement et le déménagement des équipes du JDD, le Journal Du Dimanche avec celles d'Europe 1 dans de nouveaux locaux rue des Archives, dans le Marais, à Paris, en 2018.  Les 150 salariés d'Europe 1 quitteront le siège historique de la rue François 1er.

Europe 1 depuis la rentrée 2016 peine à se relancer.  Jean-Marc Morandini et Cyril Hanouna ont quitté la radio ; le premier en raison d'une affaire de moeurs pour laquelle il a été mis en examen et le second faute d'audience. La matinale de Thomas Sotto est par contre stable en audience (1.14 millions d'auditeurs entre 6h30 et 9h). Alessandra Sublet peine pour l'instant à remplacer Cyril Hanouna avec 236 000 auditeurs en moyenne, contre 441 000 auditeurs pour Hanouna à l'époque ; Laurent Ruquier avec les Grosses Têtes sur RTL, rassemblant, lui,  1.27 millions d'auditeurs.


Les slogans:
  • 1965 à 1975 : « Je choisis, Europe 1 ! »
  • 1975 à 1981 : « Europe 1, c'est naturel. »
  • 1981 à 1986 : « De grands moments, à chaque instant. »
  • 1986 à 2000 : « Europe 1 c'est la pêche. »
  • 2000 à 2001 : « Europe 1, c'est bien. »
  • 2001 à 2005 : « Europe 1, ça me parle. »
  • 2005 à 2009 : « Parlons-nous. »
  • 2009 à 2013 : « Europe 1, bien entendu. »
  • 2013 à 2014 : « Europe 1 réveille les Français. »
  • 2014 à          : " europe 1, un temps d'avance" 
*

Europe 1
26 bis rue François 1er
75008 Paris



Naissance d'Europe 1 : Annonce de l'événement
(Intervention - 1955)

Virgule musicale
(Jingle - 1987)

Soleil soleil sur Europe 1
(Jingle - )


Cliquez pour agrandir

1955 - 1965
Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir



- Ses publicités
- Ses photos




> Vous avez d'autres informations ou documents sur cette radio ? Contactez-nous !


© SchooP - 2000-2017 - Reproduction interdite sans autorisation